28 de enero de 2012

Chanson de la plus haute tour...



     ... Oisive jeunesse
      A tout asservie,
      Par délicatesse    
      J’ai perdu ma vie.
      Ah! Que le temps vienne
      Où les cœurs s’éprennent!

                               Chanson de la Plus Haute Tour  -passage-
                                                          Arthur RIMBAUD (Mai, 1872) 
      

No hay comentarios: